24/05/2009

B comme Belafonte

 

This is my island in the sun
Where my people have toiled since time begun
I may sail on many a sea
Her shores will always be home to me

CHORUS
Oh, island in the sun
Willed to me by my father's hand
All my days I will sing in praise
Of your forest, waters, your shining sand

As morning breaks the heaven on high
I lift my heavy load to the sky
Sun comes down with a burning glow
Mingles my sweat with the earth below

...

la suite ICI

BON...

je continue avec mes idées...

une soirée B...

aujourd'hui, le ciel bleu...le beau temps, me fait penser à cette chanson de Harry Belafonte

 

on y va...sur cette île au soleil?

Moi, je suis partante!

 

 

 

16:45 Écrit par Courant d'airs dans Soirée...B | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/05/2009

Nuit

et brouillard

Jean Ferrat

 

 


ne jamais oublier

03/05/2009

B comme...

 

 

Il a fallu qu'un jour un bûcheron se lève,

Abatte un beau cyprès pour vendre à la scierie,
Qu'un amateur de bois, pour faire sécher la sève,
Attende patiemment la moitié de sa vie.

....

Voilà comment, ce soir , je joue sur ma guitare
L'incroyable voyage à travers les années
D'une graine emportée par un vent dérisoire
Pour devenir guitare au fond d'un atelier.

C'est la chaîne sans fin des détails innombrables
Qui fabrique nos jours et ressemble au destin,
Qui fait tomber la pluie sur les déserts de sable
Et s'épanouir les fleurs au cœur de mon jardin.

Chacun n'est qu'un maillon de cette chaîne immense
Et ma vie n'est qu'un point perdu sur l' horizon
Mais il fallait l'amour de toute une existence
Pour qu'un arbre qui meurt devienne une chanson

Dont les mots, par hasard, par des sentiers bizarres
Vont trouver leur bonheur au bout de nos chagrins
Et le temps, peu à peu, s'endort dans nos mémoires
Pour nous faire oublier qu'au début du chemin

....

Je n'étais qu'un maillon dans cette chaîne immense
Et ma vie n'est qu'un point perdu sur l'horizon
Mais il fallait l'amour de toute une existence
Pour qu'un arbre qui meurt devienne une chanson.

Mais il fallait l'amour de toute une existence
Pour qu'un arbre qui meurt devienne une chanson.

Yves Duteil

 

sur Youtube

15:15 Écrit par Courant d'airs dans ARBRES | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |