03/05/2009

B comme...

 

 

Il a fallu qu'un jour un bûcheron se lève,

Abatte un beau cyprès pour vendre à la scierie,
Qu'un amateur de bois, pour faire sécher la sève,
Attende patiemment la moitié de sa vie.

....

Voilà comment, ce soir , je joue sur ma guitare
L'incroyable voyage à travers les années
D'une graine emportée par un vent dérisoire
Pour devenir guitare au fond d'un atelier.

C'est la chaîne sans fin des détails innombrables
Qui fabrique nos jours et ressemble au destin,
Qui fait tomber la pluie sur les déserts de sable
Et s'épanouir les fleurs au cœur de mon jardin.

Chacun n'est qu'un maillon de cette chaîne immense
Et ma vie n'est qu'un point perdu sur l' horizon
Mais il fallait l'amour de toute une existence
Pour qu'un arbre qui meurt devienne une chanson

Dont les mots, par hasard, par des sentiers bizarres
Vont trouver leur bonheur au bout de nos chagrins
Et le temps, peu à peu, s'endort dans nos mémoires
Pour nous faire oublier qu'au début du chemin

....

Je n'étais qu'un maillon dans cette chaîne immense
Et ma vie n'est qu'un point perdu sur l'horizon
Mais il fallait l'amour de toute une existence
Pour qu'un arbre qui meurt devienne une chanson.

Mais il fallait l'amour de toute une existence
Pour qu'un arbre qui meurt devienne une chanson.

Yves Duteil

 

sur Youtube

15:15 Écrit par Courant d'airs dans ARBRES | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

elles sont belles, les chansons de Duteil... Mais O combien difficiles à chanter! Ma fille (à 6 ans) avait appris la puce et le pianiste et a du redoubler d'effort pour retenir le texte et le chanter juste...

Écrit par : Maman Débordée | 06/05/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.