18/11/2008

La promesse

 

Tourné, j'ai tourné des heures à t'aimer
Le soleil n'osait plus se lever
Tourné, j'ai tourné le ciel étoilé
Dans tes yeux, j'aurais presque pleuré

Tourné, j'ai tourné promis de rester
Près de toi pour une éternité
Tourné, j'ai tourné tes mots dans ma tête
Tu m'as dit en restant sur le quai

Va, mon amour mon courrier au long cours
Je t'attends à Paris les yeux couleur de pluie
Ta promesse, troubadour m'a fait le cœur en tambour
Pour encore combien d'heures et de jours
Pour ton retour

....

Roch Voisine


08:45 Écrit par Courant d'airs dans AMOUR | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : courants d airs |  Facebook |

15/11/2008

Besoin D'amour

France Gall

Son regard a croisé mon regard
Comme un rayon laser
J'ai été projetée quelque part
Ailleurs que sur la terre

Au secours
J'ai besoin d'amour
Au secours
J'ai besoin d'amour

Avec lui j'ai envie de danser
Pieds nus dans la lumière
J'ai envie de marcher sur la mer
De planer dans les airs

Au secours
J'ai besoin d'amour
Au secours
J'ai besoin d'amour

Comme la terre a besoin du soleil

Besoin d'amour

Comme les étoiles ont besoin des étoiles

....

http://www.frmusique.ru/texts/g/gall_france/besoindamour.htm

22:15 Écrit par Courant d'airs dans AMOUR | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : courants d airs |  Facebook |

Le petit pains au chocolat

Tous les matins il achetait
Son p'tit pain au chocolat
La boulangère lui souriait
Il ne la regardait pas

Et pourtant elle était belle
Les clients ne voyaient qu'elle
Il faut dire qu'elle était
Vraiment très croustillante
Autant que ses croissants
Et elle rêvait mélancolique
Le soir dans sa boutique
A ce jeune homme distant

Il était myope voilà tout
Mais elle ne le savait pas
Il vivait dans un monde flou
Où les nuages volaient bas

Il ne voyait pas qu'elle était belle
Ne savait pas qu'elle était celle
Que le destin lui
Envoyait à l'aveuglette
Pour faire son bonheur
Et la fille qui n'était pas bête
Acheta des lunettes
A l'élu de son cœur

Dans l'odeur chaude des galettes
Et des baguettes et des babas
Dans la boulangerie en fête
Un soir on les maria

Toute en blanc qu'elle était belle
Les clients ne voyaient qu'elle
Et de leur union sont nés
Des tas des petits gosses
Myopes comme leur papa
Gambadant parmi les brioches
Se remplissant les poches
De p'tits pains au chocolat

Et pourtant elle était belle
Les clients ne voyaient qu'elle
Et quand on y pense
La vie est très bien faite
Il suffit de si peu
D'une simple paire de lunettes
Pour rapprocher deux êtres
Et pour qu'ils soient heureux.

 

17:00 Écrit par Courant d'airs dans AMOUR | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |